Experience Monterosa

Le Sacro Monte di Varallo

Visiter le Sacro Monte est une véritable expérience à laquelle on ne peut renoncer!

C’est un lieu unique en son genre, inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2003, symbole de la rigueur, du dévouement, du haut niveau artistique et artisanal des mains valaisannes qui lui ont donné vie pendant près de quatre siècles. C’est la plus ancienne des neuf montagnes sacrées construites sur les Alpes piémontaises et lombardes, et surplombe la ville de Varallo depuis un éperon rocheux entouré de verdure. Une véritable citadelle fortifiée, déjà visible depuis la route d’accès à Valsesia et composée de 44 chapelles et d’une basilique. A l’intérieur, il y a aussi des rues, des places, des palais et des jardins. Plus de huit cents sculptures en bois ou en terre cuite grandeur nature et plus de trois mille fresques forment ce que Giovanni Testori, le poète du Sacro Monte, appellera « Gran Teatro Montano ».

La liaison entre la ville de Varallo et son Sacro Monte est garantie par le téléphérique panoramique, le plus raide d’Europe!

Tarifs

– A / R 5,00 €
– Aller simple / retour 3,00 €
– Groupes aller-retour (au moins 20 personnes) 4,00 €

Les enfants jusqu’à 6 ans voyagent gratuitement.

Horaires

Été: tous les jours de 09h00 à 18h00 (jusqu’à 19h00 les samedis, dimanches et jours fériés). Tous les samedis jusqu’au 29 août soir ouverture de 20h00 à 22h00.
Hiver: samedi, dimanche, jours fériés et période de Noël de 09h00 à 17h00 avec des courses toutes les 15 minutes.

Les origines

C’est le frère franciscain Bernardino Caimi, ancien gardien du Saint-Sépulcre à Jérusalem en 1478, qui envisagea vers la fin du XVe siècle la construction d’une « Nouvelle Jérusalem » pour permettre aux fidèles de vivre, à travers l’histoire racontée par des peintures et des statues, le spiritualité du pèlerinage en Terre Sainte retraçant ses lieux symboliques. Les matériaux utilisés par les artistes pour composer les œuvres sont presque tous disponibles en Valsesia.

Le XVIe siècle

C’est Gaudenzio Ferrari, peintre, sculpteur et architecte, qui a façonné le projet de Caimi, travaillant sur le Sacro Monte pendant une quinzaine d’années. La reproduction des lieux sacrés de la vie de Jésus a lentement été remplacée par l’illustration chronologique de l’histoire. Gaudenzio raconte les épisodes de l’Évangile en donnant un sentiment de fraîcheur, d’émotion et de simplicité quotidienne. Dans les sculptures et les fresques, il dépeint des personnages véridiques que chaque croyant aurait pu rencontrer en marchant dans les quartiers de Varallo ou sur les chemins menant aux pâturages valsésiens. L’histoire est devenue si facilement compréhensible et crédible. Dans la seconde moitié du XVIe siècle, l’architecte péruvien Galeazzo Alessi a émis l’hypothèse d’une transformation du Sacro Monte en une véritable citadelle, agrémentée de fontaines, haies, jardins et temples. Seule une petite partie des modifications a été acceptée et a été effectuée.

XVIIe et XVIIIe siècles

C’est l’évêque de Novare Carlo Bascapè pour introduire les indications dictées par le Concile de Trente au Sacro Monte. Le Conseil a reconnu la fonction éducative des images pour les fidèles, en grande partie analphabètes, à condition qu’elles soient vérifiées et vérifiées. Bascapè travaillera activement en intervenant pour superviser et, dans certains cas, corriger les représentations en construction. Le chantier qui se développe au XVIIe siècle verra la naissance d’un Sacro Monte presque identique dans l’espace à ce que l’on peut visiter aujourd’hui. La construction de la nouvelle basilique, dédiée à la Vierge Marie de l’Assomption, a commencé en 1614 et s’est achevée en 1713. Parallèlement, Varallo a été transformée en l’un des centres culturels et de formation les plus importants du Royaume de Sardaigne et l’École de dessin a été fondée. Ici, de nombreux artistes actifs au Sacro Monte enseignent aux nouvelles générations la production d’art ainsi que la restauration des œuvres de leurs prédécesseurs.

Le dix-neuvième siècle

La construction du Sacro Monte, commencée en 1491, s’achève officiellement en 1896 avec l’apposition de la façade de la basilique. Le marbre blanc choisi pour l’œuvre provient de Carrare et a été transporté à Varallo grâce à la ligne de chemin de fer inaugurée dix ans plus tôt. Dans la ville en 1831, la Society of Drawing Encouragement a été fondée pour soutenir l’école de dessin. La Société de conservation des œuvres d’art et des monuments de Valsesia est née en 1875, engagée dans la création d’une galerie d’art qui verra le jour en 1885.

En 1980, la région du Piémont a créé une zone protégée appelée Réserve naturelle spéciale pour sauvegarder les caractéristiques environnementales et paysagères du Sacro Monte.